Les oiseaux du Yucatán

Les oiseaux du Yucatán.

 Malgré l´urbanisation croissante de la ville de Mérida, on continue à y rencontrer un grand nombre d´oiseaux. Qui n´a pas été émerveillé de voir dans son jardin un gracile colibri butinant une fleur ou un couple de  yuyas (oriole orange) à la vibrante couleur jaune-orangée et même surprendre un carpintero (pic du Yucatán) tambouriner l´écorce d´un arbre à la recherche d´insectes.
L´état du Yucatán est une région très riche du point de vue ornithologique, on y trouve 445 espèces d´oiseaux sur les 1100 existantes dans tout le Mexique, le pays se trouvant entre les 6 premiers du monde pour leur richesse en nombre d´espèces d´oiseaux. Parmi ces 445 espèces, plusieurs sont endémiques, c´est à dire que l´on ne les trouve que dans l´état du Yucatán.
Deux grandes catégories: les oiseaux résidents (environ 233 espèces) qui se reproduisent et restent tout le temps dans la région et qui comprennent les espèces endémiques et les oiseaux migrateurs qui ne se trouvent dans la région qu´à certaines époques de l´année. Les oiseaux migrateurs néo-tropicaux viennent passer l´hiver ici puis retournent dans leurs terres d´origine au nord pour se reproduire. D´autres espèces viennent, elles, se reproduire ici pendant l´été mais passent la majeure partie du temps dans leurs pays d´origine le plus souvent au sud du Mexique. Il y a aussi des espèces d´oiseaux migrateurs en escale, si on peut dire, durant leur migration saisonnière vers d´autres lieux.

Le festival des oiseaux Toh: observation et conservation.
Depuis 8 ans un évènement, le Festival des oiseaux du Yucatán TOH,  (toh : nom maya d´un oiseau de la région) permet de mieux connaitre les oiseaux et donc de se rendre compte de l´importance de protéger leur habitat. 
C´est une expérience unique pour connaitre les oiseaux du Yucatán et en apprendre plus en suivant conférences, ateliers et observation des oiseaux sur le terrain 
Une des principales activités organisées durant ce festival est le marathon Xoc ch'ich', en Maya xoc signifie compte et ch'ich', oiseau. Ce marathon permet d´observer et d´identifier le plus grand nombre d´oiseaux dans un temps déterminé, aidé par des guides locaux, qui feront partager leur savoir et leurs anecdotes. En plus de l´observation des oiseaux, cette activité permet aussi un rapprochement avec la nature et la culture de la région.
Informations :  http://www.yucatanbirds.org.mx/espanol/inicio.php    
Un
autre aspect important de cette manifestation est la conservation. La destruction ou la dégradation des habitats naturels de n´importe quelle espèce animale entraine la baisse de leur population puis leur disparition. L´éducation et la prise de conscience de ces valeurs écologiques est primordiale en particulier dans les zones rurales. Il faut enlever l'idée des habitants de la région selon laquelle une terre qui n'est pas exploitée pour l'agriculture n'a pas de valeur et leur faire comprendre l'importance de la conservation et qu'elle peut aussi apporter un bénéfice économique.
Le lien entre la conservation des bois et savanes et la survie des populations d´oiseaux est souvent un aspect méconnu des communautés locales, ainsi que la possibilité d'exploiter, pour ainsi dire, les zones conservées pour l´écotourisme.
                                                                                                                                               
Le motmot à sourcils bleus (Eumomota superciliosa), toh en maya, l´emblème de ce festival, est un oiseau superbe, très coloré à la singulière queue, séparée en deux avec une partie dépourvue de plumes. Quand il se pose, il bouge la queue d´un côté à l´autre d´où son nom d´oiseau horloge : pajaro reloj en espagnol.
On le trouve dans les cavernes, prés des cenotes et pour cette raison il était pour les mayas un indicateur de la présence d´eau. Il est associé à plusieurs légendes mayas qui expliquent l´originalité de sa queue. Voulant se reposer, il se serait endormi au bord d´une route sans s´apercevoir que sa longue queue trainait sur le chemin. La nuit tombée, d´autres oiseaux qui ne pouvaient pas voler, empruntent la route et lui piétinent la queue. Il se réveille alors et se rend compte de l´état de sa queue. Depuis ce temps, d´après la légende, l´oiseau toh aurait cette queue très particulière. On peut à proximité de Mérida en apercevoir sur le site maya de Dzibichaltún.

 

Parmi les oiseaux les plus courants que l´on rencontre à Mérida, le plus commun est le kau, (nom maya du quiscale à longue queue) grand oiseau noir particulièrement bruyant que l´on trouve partout à Mérida et aussi les tortolitas, petites colombes à ailes noires (mucuy en maya) qui viennent faire leur nid dans nos jardins. Les tourterelles à ailes blanches (sac pakal), les yuyas (Oriole orange), les colibris, les tacay (Tyran) comprenant plusieurs variétés toutes au ventre jaune clair et les sac chic (Moqueur),oiseaux gris, sont d´autres visiteurs communs de nos jardins.
De nombreux oiseaux habitent au bord de mer et dans les lagunes dont pélicans, hérons, aigrettes, mouettes, frégates, pluviers (pijiji) petits oiseaux se déplaçant très rapidement sur la plage et des colonies de flamants roses à Chicxulub et à Celestún.
J´emploie de nombreux noms mayas car encore actuellement beaucoup d´oiseaux ne sont connus que par ce nom; ceci démontre l´omniprésence de la culture maya dans la vie courante et aussi comment elle est associée avec la nature. En effet, la nature était un élément très important pour les mayas, beaucoup de plantes et d´animaux sont, encore de nos jours, connus et appelés par leur nom maya dans le Yucatán. (MB pour QdN)

 

 

 

 

 

 

                                                                                                          

Pic du Yucatán                                                    Colibri élise

Quelques espèces d´oiseaux endémiques de la péninsule du Yucatán : 
                                                                                                                                   
         
Le colin à gorge noire ou caille du Yucatán (Colinus nigrogularis), bech en maya.
Le dindon ocellé (Agriocharis ocellata), kutz.
L´amazone du yucatan ou perroquet yucatèque (Amazona xantholora), t´uut´.
L´engoulevent maya (Caprimulgus badius), box pujuy.
L´engoulevent du Yucatán (Nyctiphrynus yucatanicus), chac pujuy.
Le colibrí élise (Doricha eliza), dzunum.
Le  pic du Yucatán (Melanerpes pygmaeus), ch´uhum.
Le tyran du Yucatán (Myiarchus yucatanensis). 
Le geai du Yucatán  (Cyanocorax yucatanicus), ch´el.                                            
L´hirondelle à ailes hérissées (Stelgidopteryx serripennis), cutzam.                             Geai du Yucatán
Le troglodyte du Yucatán (Campylorhynchus yucatanicus) 
Le moqueur noir (Melanoptila glabrirostris), box chiká.
Le tangara à gorge rose (Piranga roseogularis).   
L´oriole orange (Icterus auratus), yuyum ou yuya.

 

 

 

 

 

 




Tyran mélancolique: tacay            Oriole orange: yuya

 

 

 

 

 
Tourterelle à queue carrée                                         Moqueur

 

 

 

 ..
..

Flamant rose                                                               Pluvier: pijijil

 

 

 

Commentaires (1)

1. Anne-Marie Seurret 29/11/2009

Que j' aimrerais voir de si beaux oiseaux dans mon jardin!!!ou il n' y a que des espèces de "merles" noir au regard très laid et aux cris très moche...Merci pour cet article .

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau